La face cachée des sanctuaires

The hidden side of animal sanctuaries

Fonder son propre sanctuaire est le rêve de nombreuses personnes qui aiment les animaux. 

Comme vous le savez si vous nous suivez sur les réseaux sociaux  (@arsayoparis), le cofondateur de la marque, Ary Ohayon, a réalisé ce rêve. Si vous souhaitez découvrir l’histoire du sanctuaire, nous avons précédemment écrit un article sur le sujet ! Et aujourd’hui, nous souhaitons vous parler de la réalité des sanctuaires. Au-delà du symbole très fort et beau du sauvetage de nos amis les animaux, tenir un sanctuaire est loin d’être une tâche facile.

Sanctuaire animal de Arsayo

La mise en place du terrain est un premier challenge. Il faut prendre en compte le budget des infrastructures, de préférence avant l’arrivée de vos pensionnaires. Les impératifs sont les clôtures, la nourriture, le foin, la paille (pour la litière), un abri et un budget pour les soins mensuels.

Les moutons ont besoin de traitements médicamenteux chaque trimestre en prévention de certaines maladies. Au fil de milliers d’années d’élevage et de sélections génétiques, l’espèce a été tellement modifiée qu’elle aurait d’énormes difficultés à survivre dans un environnement sauvage. C’est pourquoi nous devons en prendre soin. 
La médecine naturelle, contre les diarrhées ou les parasites par exemple, est nécessaire. Aussi, notre climat étant trop chaud et humide pour les moutons, des vaccins et vermifuges existent pour pallier leurs différents problèmes de santé. Vous devrez donc avoir l’œil attentif sur les animaux et être disponibles pour les visites vétérinaires en plus de leur apporter de l’amour au quotidien !

Sanctuaire animal de Arsayo
Dans la nature, les espèces sauvages telles que les mouflons, se frottent aux arbres afin de retirer le surplus de laine de leur corps. Aujourd’hui, les moutons d’élevage ont été sélectionnés pour leur laine. Ils en produisent donc bien trop pour une seule saison, et sont incapables de la réguler seuls. Ce qui est inné pour eux quand ils sont sauvages est maintenant impossible. Il est donc de notre responsabilité de les tondre afin qu’ils ne souffrent pas du poids et de la chaleur de leur propre laine qui leur apporterait aussi des maladies comme la myiase.

Toujours dans l’entretien de l’animal pour son propre bien-être, il faut régulièrement prendre soin de leurs sabots, les couper pour leur éviter les problèmes d'articulations. L’habitat d’origine des moutons sauvages (ex: les mouflons) est rocailleux. Dans le sanctuaire, le sol est fait de pelouse et les sabots poussent continuellement (comme nos ongles :)). 

Sanctuaire animal de Arsayo
Passons à l’entretien de leur environnement. Comme tous les ruminants, les moutons font leurs besoins à l’endroit où ils se reposent et dorment. Cela signifie que vous devrez nettoyer très régulièrement cet espace afin de leur offrir le confort qu’ils méritent. Vous aurez aussi besoin d’une très grande surface d’herbe fraîche et grasse pour qu’ils aient de quoi manger tout au long de l’année. 

Les moutons vivent en communauté et il est donc important qu’ils aient de la compagnie. En sauver plusieurs est idéal. Dans notre sanctuaire, une vraie petite famille recomposée s’est formée. Cependant, si groupe signifie mâles et femelles mélangées, nous souhaitons éviter la reproduction. La castration des mâles permet d’épargner les femelles (qui ont vécu généralement beaucoup de souffrances dans leur vies) et de calmer les pulsions agressives dues à l’important taux de testostérone dans le sang. 
Nos moutons sont des êtres sentients et sensibles. Ils ont été sauvés des griffes de l’industrie qui les exploite et les fait souffrir. Si nous devons accueillir d’autres moutons, ils arriveront eux aussi avec un lourd passé. Nous souhaitons les sauver et éviter d’en “créer”. L’objectif d’un sanctuaire est de proposer une fin de vie idyllique pour nos rescapés.es.

Sanctuaire animal de Arsayo
Abordons à présent le sujet des poules. Issues des pires fermes de l’industrie de l’œuf, elles sont arrivées au sanctuaire déplumées, en carence, maigres et malades… Aujourd’hui, elles sont toutes en pleine forme et nous montrent bien chacune une personnalité bien à elle !

Au niveau de l’entretien, elles doivent être traitées contre les parasites une fois par mois. Il est nécessaire de vérifier leur plumage régulièrement afin de détecter une éventuelle présence de puces ou de poux. Les poules se nettoient elles-mêmes grâce à de la terre de Diatomée. Elles se font des « bains de terre » lorsqu’elles en ressentent le besoin.

Sanctuaire animal de Arsayo - poulets

Que faisons-nous des œufs qu’elles produisent ? Les poules les mangent, donc nous leur laissons. Lorsqu’il y en a en surplus, nous les offrons à nos proches pour éviter qu’ils en achètent.

Malgré cette face cachée bien intense, c’est tout cet échange que nous avons avec nos animaux qui les rend heureux, et nous aussi. Le lien que nous avons créé avec les moutons est incroyable. Ils sont affectueux, joueurs et très curieux. Notre sanctuaire est un lieu où l’humanité et la nature retrouvent une symbiose oubliée.


Et comme tous les animaux, ils nous offrent leur confiance ainsi que leur amour inconditionnel. Le slogan de la famille Arsayo prend tout son sens ici :

"Tout ce qui compte, c'est l'amour."

Arsayo Sanctuaire animal - Amour


Vous pouvez également Voir toutes